Les Knicks sont présents depuis le début de la NBA et sont toujours restés à New York, plus précisément à Manhattan. Mais que signifie ce nom peu imagé, les Knicks? Il provient du mot Knickerbocker qui est un genre de pantalon Hollandais. Bon d’accord…. mais encore..? Aujourd’hui, on se penche sur l’origine du nom des Knicks, une histoire pleine de surprise, mais après tout à New York, on ne fait jamais les choses comme ailleurs.

MAIS QUI EST CE WASHINGTON IRVING?

Pour retrouver la source du nom des Knicks, il faut remonter à un certain Washington Irving né à New York en .. 1783. Irving était un écrivain, romancier, essayiste, biographe, historien et finit même ministre du 10eme président des Etats-Unis. Il est notamment l’auteur de “La légende de Sleepy Hollow” et un des premier écrivain célèbre en Europe. Sa plus grande oeuvre de son vivant fut “Rip van Winkle”, une histoire déjà inspiré des colons hollandais, la côte Est des USA s’appelant New Netherlands et le sud de New York, New Amsterdam jusqu’en 1664. Tel un clin d’oeil morbide aux Knicks, Washington Irving est décédé en 1859 à …. Tarrytown au nord de NY, là où s’entraînent les Knicks.   

  En 1809, Irving pleure la mort de sa compagne alors qu’Il rédige une oeuvre satirique envers la politique New Yorkaise et les colons Hollandais, ces derniers ayant eu une forte influence sur l’histoire New Yorkaise pendant l’âge d’or de la Hollande. Comme il l’a déjà fait dans le passé, Washington Irving va réaliser cette oeuvre sous un pseudonyme. Il a dans ses amis un certain Herman Knickerbocker, né en Albanie d’une famille hollandaise,  immigré à New York. On ne sait pas si c’est après avoir bu quelques Whisky avec lui que Washington Irving pris la décision d’utiliser le nom de son ami, quoiqu’il en soit, il décide d’utiliser le pseudonyme Diedrich Knickerbocker en tant qu’auteur du livre qu’il nommera A History of New-York from the Beginning of the World to the End of the Dutch Dynasty, en 1809.

COMMENT FAIRE DU BUZZ À NEW YORK EN 1809, AVEC DIEDRICH KNICKERBOCKER

Afin de se faire remarquer, créer de l’engouement autour de son bouquin, Washington Irving va alors oser une campagne de notoriété des plus amusantes, voir génialissime. Avant la sortie de son livre, Washington Irving se fait passer pour un gérant d’hôtel et fait publier dans les journaux New Yorkais un avis de recherche. Cet avis concerne un certain Diedrich Knickerbocker, historien Hollandais un peu tordu, qui n’a pas payé sa note à l’hôtel. L’avis de recherche indique que Diedrich Knickerbocker a laissé un manuscrit à l’hôtel et que le contenu de ce dernier sera publié, si Diedrich Knickerbocker ne revient pas régler sa facture.

L’affaire suscite l’intérêt des New Yorkais, le canular prend tellement d’ampleur que la ville de New York lança un avis de recherche et proposa une récompense si Diedrich était retrouvé. Tout Manhattan suit l’affaire de près, les gens veulent des nouvelles de ce Diedrich Knickerbocker et souhaite connaître le contenu de ce manuscrit. Le 6 décembre 1809, en plein buzz autour du canular qu’il a créé, Irving Washington publie “ History of New-York from the Beginning of the World to the End of the Dutch Dynasty” sous le pseudonyme Diedrich Knickerbocker.

Le livre est un énorme succès, une satire de la politique locale de l’époque, et dont l’auteur fictif est habillé avec le style typique des colons hollandais portant un chapeau et une sorte de baggy s’arrêtant au niveau des genoux. Lorsque plus tard après la sortie,  Irving Washington révèlera le canular, cela renforcera le succès de son livre et lui apporta la gloire.

Le livre a été adopté par le public et m'a apporté la gloire en étant reconnu comme une oeuvre remarquable et jamais vu aux Etats-Unis.
Washington Irving

L’impact de son livre mettra en avant le génie de Washington Irving et fera un buzz retentissant. Le mot Knickerbocker sera repris, répété, intégré à la culture américaine et utilisé pour désigner les habitants de Manhattan.

UN IMPACT SUR MANHATTAN À LONG TERME

Suite à cette histoire, un groupe d’écrivain dont fait partie Irving va naître sous le nom Knickerbocker Group, réunissant la nouvelle vague de la littérature New Yorkaise de l’époque. Le terme Knickerbocker sera repris à l’excès et à tout va par la suite, des comédie musicales à BroadwayKnickerbocker Holiday” à une marque de bière Knickerbocker Beer. Plus tard l’équipe de soccer de Manhattan sera baptisée les Knickerbockers Athletics et participera aux World Series dans l’ancien Madison Square Garden. Avant de déménager à Hoboken et de devenir les Mets, l’équipe de Baseball New Yorkaise s’appelait aussi les Knickerbockers.

A la fin de 19eme siècle et le début du 20eme siècle, “Father Knickerbocker” devient le symbole le plus populaire de la ville de New York. On le reconnait avec sa perruque en coton, son chapeau à 3 points, ses chaussures à boucle et bien sur son Knickerbocker en guise de pantalon. Alors lorsque Ned Irish est en train de créer l’équipe de basket professionnelle de Manhattan en 1946, il choisit alors le nom de Knickerbocker avec un logo représentant Diedrich “The Father” Knickerbocker, le personnage fictif créé par Washington Irving en 1809. La présence du Knickerbocker sur le logo sera utilisée jusqu’à la saison 1964 où il disparaît du logo et l’équipe devient les Knicks.

Récemment, l’équipe de G-League des Knicks avait ressortie le Knickerbocker sur son logo, pour le faire disparaître à nouveau. On peut se poser la question de l’absence du Knickerbocker dans l’histoire récente de la franchise. Est-il resté trop longtemps resté au placard, laissant l’identité des Knicks se forger sans lui? Fait-il trop de concurrence au logo des Celtics? Pourquoi les Knicks n’ont pas de mascotte (à part Spike Lee)? Cela serait l’occasion de revoir le Knickerbocker.

LES KNICKS SONT UNIQUES

Dans la NBA, New York est toujours un endroit à part et les Knicks ne laissent jamais indifférents, à l’image de la ville. Par manque d’inspirations, beaucoup d’équipes ont opté pour des noms d’animaux pour leur franchise NBA. Beaucoup de choses ayant influencées la culture occidentale sont nés à New York par des légendes urbaines, des phénomènes sociaux ou culturels. Les Knickerbockers s’inscrivent dans la lignée de légendes urbaines ou phénomènes nés à New York et ayant eu un impact sur le monde entier, comme le Hip Hop, la Salsa (oui, oui).

L’histoire du nom Knickerbocker nous fait traverser l’histoire américaine et New Yorkaise  nous ramenant au 19eme siècle par une histoire inspirant créativité, audace, génie. Combien d’équipes NBA peuvent revendiquer une histoire qui a débuté en 1946? Quelle salle peut oser concurrencer le Madison Square Garden? Quelle équipe a un nom issue d’une histoire aussi extraordinaire que le livre d’Irving Washington? Plus de 70 ans d’histoire des Knicks c’est définitivement plus que du basket, peut-être car la ville de New York sait transcender les hommes.