Marcus Camby a participer à l’exploit historique des Knicks à la fin des années 90, il a laissé un souvenir particulier aux Knicks et n’est jamais très loin de l’organisation actuelle. Revenu en fin de carrière à New York, il a également participé aux derniers playoffs de l’équipe des années 2010. Riche d’une carrière universitaire remplie et d’une longue carrière professionnelle, voici le portrait de Marcus Camby.

 

FILS D’UNE MÈRE FAN DE JULIUS ERVING

Marcus Camby est né en mars 1974 dans le Connecticut à Hartford, à mi-chemin entre New York et Boston. Avoir une maman fan de basket et plus spécialement de Julius Erving, ça n’a pas de prix pour un jeune homme passionné de basket, talentueux et très grand. Sa mère va systématiquement voir les Sixers jouer tout près, à Boston, et emmène Marcus avec lui. Marcus Camby devient très vite une star de son lycée local à Conrad High School mais décide de changer de lycée pour finir son cursus lycéen à Hartford public high school. Lors de sa dernière année, il tourne à 27 points, 11 rebonds, 8 blocs et 8 passes par match. De quoi être nommé Gatorade Connecticut player of the year. Ce talent attire bien entendu l’attention des grandes Universités, sa mère sera ravi d’apprendre que comme son idole, Julius Erving, Marcus Camby recevra une bourse pour étudier à l’Université du Massachusetts, tout près de chez lui.    

Dès son arrivée à Umass, il s’imposera grâce à son jeu défensif et deviendra le leader des Minutes Men. Il bat le nombre de contres réalisés par un freshman avec 105 contres, de quoi marquer les esprits et dominer les raquettes avec son coéquipier, Lou Roe. Sa progression sera constante, lors de sa 3eme et dernière année universitaire, en 1995-1996, il remporte le John Wooden Award et le Naismith Player college of the year. tourne à 20 points 8 rebonds, presque 4 contres par match et mène les minutes men au Final Four universitaire. Il tombent face aux Wildcats de Kentucky, composés d’Antoine Walker, Tony Delk, Walter McCarty et Derek Anderson. Une carrière universitaire riche en succès, qui le mène facilement à la draft NBA, cependant… tout en se passera pas comme cela était prévu…

En 1997, alors que Camby arrive en NBA, on découvre que ce dernier a en fait reçu de l’argent de la part de 2 agents sportifs. Plus précisément, il a reçu de leur part 28 000$, des voitures de locations, bijoux et … prostituées. Le règlement NCAA est très clair là-dessus, et UMass ne peut participer au Final Four de 1997, l’université doit aussi rembourser les versements reçu en 1996, en tant que participants au Final Four NCAA. D’un montant d’environ 150 000$, Marcus Camby plus tard, remboursera l’intégralité de la somme à l’université.

Malgré cette affaire, il sera introduit au Hall of Fame de l’université, ce qui a déclenché des contestations au sein de Umass.

DÉBUT EN NBA DANS LA NOUVELLE FRANCHISE DE TORONTO

Après cette affaire, Marcus Camby est choisi en 2nd position, derrière Allen Iverson, de la prestigieuse draft de 1996 par les Raptors de Toronto. Dans laquelle et derrière Camby on retrouve Stephon Marbury, Ray Allen, Kobe Bryant, Steve Nash. Les Raptors vivent alors seulement leur 2nd saison en NBA, le Général Manager chargé de fonder le club est Isiah Thomas. L’année précédente, il a choisi Damon Stoudamire en 7eme position, Marcus Camby devient le coéquipier de Walt Williams, Doug Christie ou encore Oliver Miller. Marcus Camby réalise une année rookie solide, montrant ses aptitudes défensives de très haut niveau et intègre la All Rookie First team. Lors de sa deuxième saison, Toronto se développe notamment par la draft en récupérant les rookies Chauncey Billups, Tracy McGrady, et dès sa deuxième saison il devient le meilleur contreur de toute la NBA avec 3,7 contres par matchs en gardant le même temps de jeu.

Pendant ce temps du coté de New York, l’ère Patrick Ewing entame son crépuscule et les Knicks doivent penser à la suite, dans une certaine appréhension c’est Ernie Grunfeld qui doit déconstruire ce qu’il a construit dans les années 90’s. Se séparer de joueurs ayant aussi marqué l’histoire d’un club est un déchirement en interne, des tensions apparaissent et Ernie Grunfeld devra faire le sale boulot. Après avoir investi beaucoup d’argent sur Allan Houston, s’être séparé de John Starks pour récupérer Latrell Sprewell, il enverra Charles Oakley à Toronto contre Marcus Camby. Ernie Grunfeld perdra son poste de GM après ce trade, les Knicks ne savent pas encore que cela était un coup de génie qui marquera l’histoire des Knicks.  

AUX KNICKS, POUR MARQUER L’HISTOIRE COLLECTIVEMENT

En 1999, il est le back up de Patrick Ewing et avec Kurt Thomas, il forme une raquette défensive de haut niveau, laissant le scoring à Latrell Sprewell, Allan Houston, Larry Johnson. Marcus Camby à un temps de jeu limité à une vingtaine de minutes, dû à la présence de Patrick Ewing, qui débute le crépuscule de sa carrière. La saison a débuté seulement en janvier,  ces Knicks, new look, mettent du temps à trouver leur cohésion et se qualifient difficilement pour les playoffs en décrochant le 8e ticket. On connaît la suite de l’histoire, historique…. Alors que James Dolan a viré Ernie Grunfeld, son coup de génie va faire des Knicks la seule équipe de l’histoire de la NBA a atteindre les finales NBA en finissant 8eme de sa conférence. Les Knicks accèdent aux finals NBA mais ce sera sans Patrick Ewing, blessé au tendon d’achille pendant la finale de conférence face aux Pacers. Sa blessure ne nécessitera pas d’opération, mais à 36 ans, ce n’est jamais une bonne nouvelle. Cette blessure amorça le crépuscule de la carrière du grand Pat.

La blessure d’Ewing est l’occasion pour Marcus Camby de montrer tout son talent et démarrer la période post Ewing. il remplit sa mission face aux Pacers d’Indiana mais devra lutter face à un duo d’intérieur légendaire, Tim Duncan et David Robinson en finale. Trop de talent qui permet aux Spurs d’accéder à leur premier titre, mais aux Knicks de marquer l’histoire et à ces Knicks “New Look” et à Jeff Van Gundy de gagner le respect. Patrick Ewing jouera une saison de plus avant d’être transféré, ce qui donnera à Marcus Camby les clés de la raquette des Knicks. Avec Kurt Thomas, leur complémentarité au sol et en l’air forment une des raquettes les plus difficiles à percer de la ligue, et un régal pour les extérieurs tels que Sprewell et Allan Houston pour bénéficier de leurs écrans efficaces.

Pendant ce temps du côté du front office des Knicks, le récent nouveau propriétaire des Knicks James Dolan, va jeter son dévolu sur Scott Layden pour diriger le club. Ce qui commencera la descente aux enfers des Knicks de New York…. Après avoir envoyé Pat Ewing à Seattle dans un blockbuster deal, qui permettra aux Knicks de récupérer… Luc Longley et le vieillissant Glen Rice. En 2002, il a la bonne idée de drafter un certain Nene en 7eme position de la draft, mais la moins bonne de l’envoyer à Denver avec Marcus Camby, contre Antonio McDyess qui.. n’a déjà plus de genoux…et tout le monde le savait déjà alors… C’est ainsi que Marcus Camby quitte les Knicks en 2002 contre rien…pour effectuer ses plus belles années dans la conférence Ouest….

IL S’AFFIRME EN NBA ET DEVIENT UN EXEMPLE DE LONGÉVITÉ

Aux Nuggets, la franchise prend un nouveau départ avec la draft de Carmelo Anthony, bien entouré avec Nene, Marcus Camby, ils atteignent même les playoffs. C’est la saison 2006-2007 qui sera peut-être la plus aboutie pour Marcus Camby, tournant à près de 11 rebonds par match dont presque 10 défensifs, il est également le meilleur contreur de la NBA et tourne à 1,2 interceptions par match. Il remporte ainsi le trophée de meilleur défenseur de l’année qui lui avait échappé la saison précédente. A sa grande déception, Marcus Camby sera tradé aux Clippers en 2008

Je pensais que j'avais fait tout ce que je pouvais faire avec cette équipe, et j'ai juste essayé de bien faire les choses. Je pense que la façon dont ils s'y sont pris manque de classe, ils ne m'ont rien laissé savoir. C'est le passé maintenant, c’est quelque chose que j’ai mis derrière moi et j’ai hâte de me lancer dans cette nouvelle aventure.
Marcus Camby

Ici, il se retrouve à démarrer au poste d’ailier fort, avec un rôle aussi de mentor pour un jeune joueur au profil défensif prometteur, Deandre Jordan. Mais en 2010, le 1er choix de draft, Blake Griffin, revient de blessure et Camby est à nouveau échangé aux Blazers. A Portland, il est attendu pour amener son expérience au rookie Greg Oden et son apport défensif à un effectif jeune et talentueux. Brandon Roy, Lamarcus Aldridge, Nicolas Batum, Rudy Fernandez font de Portland une des équipes les plus prometteuse et excitante à voir. Malheureusement, une malédiction peut-être sans comparaison va complètement ravager l’effectif des Trail Blazers. Greg Oden, se blesse au genoux, Brandon Roy, All Star et un potentiel MVP dans le futur devra mettre un terme à sa carrière subitement…. Rudy Fernandez et Aldridge se blesseront également.. Le comble de cette malédiction, sera de voir même le coach Nate McMillan avec la jambe plâtrée pendant cette période, dû à un accident dans le cadre de sa vie privée. Dans cette situation, Marcus Camby aura plus de responsabilités que prévues, devant parfois sortir des matchs à 30 points pour compenser les absences. Malgré son âge avancé, Marcus Camby conserve une excellente condition physique et reste un coéquipier apprécié partout où il passe.

Pendant ce temps du côté de New York, James Dolan commence à prendre de la distance avec la direction des Knicks, conscient de ses lacunes, du nouvel accord CBA signé qui change aussi le fonctionnement des franchises. Il lui faut une pointure pour remonter la pente après les échecs Scott Layden et Isiah Thomas, c’est Donnie Walsh qui va revenir mettre de l’ordre au Madison Square Garden. Chose faite, mais après le trade Carmelo Anthony il quittera le navire pour des raisons obscure et sera remplacé par Glenn Grunwald. Entre temps Carmelo Anthony aura eu la tête de Mike D’Antoni et Amare Stoudemire se sera blessé.

Grunwald tradera notamment Jerome Jordan, Toney Douglas à Houston pour récupérer Marcus Camby. Un temps de jeu limité à 10 mn mais un rôle de mentor avec Kurt Thomas pour entourer l’équipe de Mike Woodson lors de la saison 2012-2013. On retrouve Steve Novak, Tyson Chandler, Raymond Felton autour de Carmelo Anthony et Amar’e Stoudemire et donc Marcus Camby. Cette équipe prend ses marques et remporte 54 victoires en saison régulière, de quoi atteindre les playoffs, battre les Celtics au premier tour et s’incliner face aux … Pacers. Les Playoffs 2013, seront les derniers où apparaîtront les Knicks de New York dans les années 2010. Marcus Camby a aimé cette équipe, cette ville avec laquelle il avait déjà connu les finales NBA et il veut revenir. Malheureusement, à l’été 2013, Marcus Camby est échangé et retrouve les Raptors où il sera coupé immédiatement dans le trade permettant aux Knicks de récupérer … Andrea Bargnani. Il signe alors un contrat au Rockets à l’été 2013, mais sera coupé en fin d’année et mettra ainsi à terme à sa carrière à 38 ans.

UN APRÈS CARRIÈRE MARQUÉ PAR UN DRAME FAMILIAL SE TRANSFORMANT EN VIOLENT CONFLIT

Marcus Camby est alors retraité depuis 2013, pour Thanksgiving en 2016, son neveu âgé d’à peine 8 ans est à son domicile mais disparaît subitement. Il est retrouvé mort, noyé dans la piscine de Marcus Camby. Le beau-frère de Camby, père de l’enfant, porte plainte en accusant Marcus Camby d’être ivre au moment où se déroule les faits. La famille va se déchirer lorsque Camby indiquera ne pas être présent au domicile mais reportant la charge contre sa mère qui avait la responsabilité de l’enfant. C’est finalement un accord financier qui mettra fin à la procédure judiciaire. Il est impossible de donner davantage d’informations sur cette affaire, Marcus Camby ayant été condamné à plusieurs reprise pour possession et consommation de Marijuana et propriétaire des lieux apparaissait comme le coupable idéal. Marcus Camby a également créé une fondation ayant pour but de favoriser l’intégration de jeunes en difficultés, appelée Camby Land fondation, il a aussi participé au programme NBA “Basketball without border”.

Marcus Camby a marqué les esprits par sa longévité et ses qualités défensives. Un athlète long, filiforme mais avec une coordination et rapidité faisant de lui un basketteur unique. Il a eu un parcours typique, avec une grande carrière universitaire qui s’est suivi d’une longue carrière de “journey man” en NBA, malgré la valeur reconnu de son jeu. Sa vie personnelle et public fut marquée par le scandale à Umass et plus récemment la mort de son neveu qui laissera une certaine amertume aux fans malgré une carrière NBA, longue et riche. Passer de meilleur défenseur de la ligue à “journey man” a surement compliqué la tache de Camby pour devenir une superstar et de permettre aux fans des franchises de s’identifier à lui. Mais à New York, les grands défenseurs ont toujours leur place au Garden.