Tom Gola était un joueur complet, dédié à son équipe et pouvant revendiquer plusieurs record en NBA inégalés et difficilement atteignables. Joueur des Knicks pendant les années 60, voici le portrait de Tom “Mister All Around” Gola.

 

Tom Gola est né à Philadelphie en 1933, il est le 3eme d’une fratrie de 7 enfants dont les parents sont d’origine Polonaise. Famille très pratiquante et catholique, Tom Gola sera inscrit au lycée Catholique de La Salle à Philadelphie, où il s’y fera très vite remarqué. Cependant, même si il est inscrit Tom Gola sur son maillot, le nom de famille de Gola à l’origine était Galinsky. Son père, qui était policier, fera changé le nom de famille originel afin, d’après lui, de faciliter l’intégration de ses enfants dans la société américaine. 

Thomas Joseph, appelé Tom, se fait remarquer au lycée de La Salle par son jeu complet, ses énormes qualités de rebondeur et son esprit d’équipe. Un joueur complet très apprécié par ses coéquipiers, qu’il mène au titre de la Philadelphie Catholic leagueIl devient vite très courtisé par les plus grandes universités du pays, mais Tom Gola a des valeurs et est attaché aux siens, à son équipe et il décide de poursuivre son cursus universitaire à La Salle

 

IL MARQUE L’HISTOIRE DE LA SALLE TOUT EN RESTANT PRÈS DES SIENS

Il rejoint la NCAA 1 an après un autre joueur local et futur superstar NBA, Paul Arizin. Avec les Explorers de La Salle il remporte dès son année freshman le prestigieux tournoi NIT. En 1954, il est nommé “player of the year” et remporte la March Madness de la NCAA avec La Salle. Joueur complet, Tom Gola mesure 1m98 pour 93 kg, joue poste 4 mais ses qualités de shooteur lui permettent de jouer à l’aile et vu sa taille de parfois aussi être en position de 2nd arrière. Il est un très féroce défenseur sans chercher à briller en attaque, mais sa valeur réside dans son intelligence de jeu, son esprit collectif. Gola saura marquer partout sur le terrain lorsque cela sera nécessaire mais aussi sera parfaitement se placer, poser les bons écrans, créer des espaces et il est un remarquable passeur.

C’est au rebond qu’il va discrètement dominer le championnat universitaire et simplement devenir le meilleur rebondeur de l’histoire de la NCAA, qu’il reste encore à ce jour.Il finira sa carrière universitaire avec plus de 2200 rebonds, le second dans ce classement est à 2030, Robert Parish en 5eme position en a récolté 1820…. Ce rebondeur d’élite est tout autant complet, a un esprit d’équipe apprécié, fait de lui un prospect de premier choix à la draft. Il se présente à la cuvée de 1955, va-t il alors quitté enfin Philadelphie?

  

DRAFTÉ PAR LES WARRIORS DE… PHILADELPHIE

On retrouve Tom Gola à la draft de 1955 dans laquelle seront draftés les futurs hall of famers comme Maurice Stokes, Jack Twyman. Les Philadelphie Warriors (qui déménageront à San Francisco en 1962) vont utiliser le Territorial pick pour faire de Tom Gola un Warriors, chez lui à Philadelphie et rejoindre ainsi Paul Arizin, choisi lui aussi avec le territorial pick quelques années avant. Le “Territorial pick” est hérité d’une des anciennes ligues permettant de rendre les équipes plus attractives, en leur permettant de récupérer en priorité les joueurs évoluant à moins de 50 miles, fédérant ainsi les fans autour de leur héros locaux. Avec l’évolution des transports et médias, ce pick a perdu de sa valeur et finit par disparaître.

Avec Paul Sarrazin et Neil Johnston, les Warriors finissent premier de la NBA et remporte le titre NBA face aux Fort Wayne Pistone en 1956. Après avoir été champion au lycée, en NCAA, le voilà champion NBA, ce qui le fait rentrer dans l’histoire de la NBA dès sa saison rookie. Les Warriors vont enchaîner les saisons autour de leur noyau dur composé de Johnston, Sarrazin et Gola. L’équipe décline à la fin des années 50’s et a la chance de pouvoir à nouveau utiliser son territorial pick en 1959, pour drafter Wilt Chamberlain. Il formera avec Gola une complémentarité de rêve, Chamberlain confirme son potentiel dès son arrivée en NBA, une magnifique équipe avec Paul Sarrazin et pour Gola l’opportunité de poursuivre sa carrière chez lui à Philadelphie. Il en sera ainsi jusqu’en au début de la saison 1962-1963, car en décembre 1963 Gola est échangé contre Willie Naulls et rejoint ainsi les Knicks de New York.

 

LES KNICKS DANS LE CREUX DE LA VAGUE

C’est un transfert sportivement malheureux pour Gola, il quitte sa ville natale de Philadelphie pour les Knicks de New York qui sont en crise depuis la fin des années 50’s. Après le départ de Joe Lapchick et ses stars, les Knicks n’ont pas connu les playoffs depuis 1969. Un malaise pour une équipe qui est plus que jamais sous les projecteurs et évoluant dans la plus grande salle du pays, le Madison Square Garden, dans sa 3eme version (4eme version actuellement). Richie Guerin est le leader de cette équipe, Eddie Donovan vient de prendre la place de coach depuis 1 an avec Red Holzman comme assistant mais les Knicks restent dans le ventre mou de la NBA.

Néanmoins, Tom Gola amène de la solidité à cette équipe grâce à sa défense, ses qualités au rebond et bien sur sa polyvalence dans tous les secteurs du jeu. Il sera All Star chaque année de 1960 à 1964. Les Knicks naviguent autour des 30 victoires par matchs, mais restent toujours dans les bas fonds et sans ramener les playoffs au Madison Square Garden. En 1964, Eddie Donovan prend alors le poste de dirigeant des Knicks, la lumière arrivera par la draft de 1964, où les Knicks choisissent Willis Reed qui finit par ramener les Knicks en playoffs en 1967… avec la suite que l’on connaît.

C’est au moment où les Knicks voient la lumière au bout du tunnel et après 11 saisons NBA que Tom Gola prend sa retraite de joueur de basket en tant que Knicks, en 1966. Il sera arrivé aux Knicks au pire de leur crise et les auras aidé en les quittant au début de la renaissance de l’équipe, avant son âge d’or.

UNE CARRIÈRE DE COACH AVANT UNE DE POLITIQUE

C’est en 1968 qu’il va commencer sa carrière de coach, il revient à Philadelphie et devient naturellement le nouveau head coach de l’université de La Salle. En deux saisons et après repris l’équipe dans un mauvais état, il aura un bilan de 37- 13 et notamment 23-01 durant la saison 1968-69 et il sera nommé coach of the year. Les Explorers ne pourront participer à la March Madness dû à une affaire de”pot de vin” la saison précédente. Tom Gola quitte alors ses fonctions pour démarrer une carrière politique. Entre temps, son numéro sera retiré et la salle de basket est désormais nommé la Tom Gola Arena à L’université de La Salle.

Sa carrière politique a commencée elle aussi en 1968, membre du parti républicain, élu à la région de Pennsylvanie et représentant le Nord de Philadelphie, il se présente candidat à la mairie de Philadelphie en 1969 et 1973, sans réussite mais avec de très bon résultats face au candidat démocrate.

Plus tard en 1976, il est intronisé au Hall of Fame NBA après 11 saisons dans la ligue, étant un des deux seul joueur à avoir été champion NCAA, NBA et ayant remporté le NIT. Et bien sur, en restant à ce jour le meilleurs rebondeur de l’histoire de la NCAA. Marié et ayant eu un fils, Tom Gola s’éteint dans sa ville natale de Philadelphie en 2014 à 91 ans, ayant passé 1 année dans l’US Army, il aura le droit aux hommages d’usage et d’une reconnaissance à travers toute la NBA.

Tom Gola reste un inconnu pour la jeune génération mais a des records qui dépassent les plus grand et l’estime de ses contemporains. Car Tom Gola était un joueur solide, fort dans tous les secteurs mais avant tout un joueur d’équipe, touchant à tout ce que peut offrir le jeu, bref un vrai basketteur. Sa façon de jouer était aussi à l’image de ses influences personnelles et de son destin, un homme d’honneur avec des valeurs pour qui il était naturel de se battre pour les autres. 

Ces hommes sont souvent discrets, alors même si la jeune génération le connaît peu, Tom Gola est un modèle de basket et possesseur discret des plus grands records individuels de la NBA.