Donnie Walsh est un des dirigeants les plus respecté de l’histoire de la NBA et celui qui a amorcé la reconstruction des Knicks après l’ère Isiah Thomas. Il a dû à la fois effectuer des moves d’un haut niveau pour redonner une nouvelle direction aux Knicks et prendre certains risques. Les Knicks restent un défi attractifs pour les plus grands…

Joseph Donald “Donnie” Walsh est né à Manhattan en 1941 et a grandi dans le Bronx de New York. Joueur de basket, il a réussi à intégrer North Carolina et effectue ses 4 années universitaires dont la dernière en tant que capitaine de l’équipe. Lors de cette quatrième année, un nouveau jeune coach prenait les rênes de l’équipe: Dean Smith (coach historique des Tar Heels décédé en 2015.) qui succédait alors à Frank McGuire que Donnie Walsh retrouvera plus tard. Après 4 années en NCAA, Donnie Walsh se présente à la draft et est drafté au ….11eme tour …par les San Francisco Warriors, mais ne jouera pas. Passionné par le basket, Donnie décide alors de passer les diplômes pour devenir entraîneur.

JOUEURS PUIS COACH

Donnie Walsh rejoint son ancien coach à North Carolina, Frank McGuire, et devient son assistant en NCAA pour plusieurs équipes dans l’ACC (Atlantic coast conférence) notamment South Carolina, où il obtient des résultats constant pendant de nombreuses années. La NBA lui ouvre ensuite ses portes à Denver, il devient l’assistant de Larry Brown avant de prendre sa place et devenir head coach des Nuggets au début de la saison 79-80. Sous les ordres de Donnie Walsh , on retrouve notamment David Thomson, Alex English. Mais, l’équipe remporte seulement 36% de victoires, Donnie Walsh est viré au début de la saison 80-81, en commençant la saison par un 11-20. Il est remplacé par Doug Moe qui restera presque 10 ans le coach des Nuggets.

LE DÉBUT DE L’HISTOIRE AVEC LES PACERS

Il rebondit en 1984 dans le staff des Pacers d’Indiana en tant qu’assistant de George Irvine, puis devient le GM de la franchise en 1986 et commence sa carrière de dirigeant.

La draft de 1986 sera la première pour Donnie, Brad Daugherty est choisi en première position par Cleveland, Len Bias sera drafté en 2nd position avec le destin tragique que l’on connaît. En 4eme position, Donnie Walsh  choisit un shooteur avec une grande gueule, Chuck Person, qui sera rookie de l’année.

En 1987 lors de la draft, David Robinson est choisi en numéro 1 sans surprise, avant de jouer à Cholet Dennis Hopson aura été choisi en 3eme position, Scottie Pippen en 5eme par Seattle, les Bulls viennent de choisir Horace Grant en 10ème position. Avec le 11eme choix, les Pacers vont pouvoir choisir le héros local de l’université d’Indiana,  Steve Alford, attendu par tous les fans des Pacers.

Mais malgré la solide carrière universitaire de Steve Alford et l’attente autour de lui et contre toute attente, Donnie Walsh choisi un shooteur maigrichon de UCLA, Reggie Miller. L’année suivante en 1988, il choisit Rik Smits devant des joueurs comme Hersey Hawkins ou Mitch Richmond avec le succès que l’on connait pour le pivot Hollandais. Donnie Walsh devient très vite le président de la franchise, atteint 19 fois les playoffs, 6 fois les finals de conférences, 1 finale de NBA pour faire des Pacers l’une des meilleurs équipe de l’Est pendant les années 90. Il sera remplacé progressivement par Larry Bird, qu’il a recruté en tant que coach

DONNIE WALSH DÉBARQUE À NEW YORK EN 2008

Après l’ère désastreuse d’Isaiah Thomas, James Dolan recrute un des meilleurs dirigeant possible avec Donnie Walsh, surement attiré par le défi New Yorkais. La tâche est lourde, la pression énorme pour le natif de Manhattan. Reconstruire totalement l’une des plus grande franchise de la ligue avec les fans les plus exigeants. Il faut la rendre à nouveaux attractive sportivement et financièrement flexible pour la free agency de 2010, l’une des plus attendue de l’histoire, avec notamment Lebron James sur le marché.

Plusieurs chantiers sont sur la liste de Donnie Walsh, il faut se séparer de joueurs sulfureux aux contrats juteux et revoir la stratégie de draft. Pour montrer que les Knicks savent trouver de bons joueurs mais aussi bien les former et les garder. Quelques heures après la signature de son contrat, Donnie Walsh commence les grandes manoeuvres. Il envoi Mardy Collins et Zach Randolph aux Clippers en échange de Cuttino Mobley et Tim Thomas. Le contrat de Cuttino Mobley s’annule dû à la découverte de problème cardiaque et le fait sortir du comptage du salary cap.  Jamal Crawford est envoyé aux Warriors en échange de Al Harrington, plus complet, altruiste, le style de joueur apprécié par Mike d’Antoni comme Boris Diaw à Phoenix. 

En effectuant ses moves, Donnie Walsh libère 27 millions de dollars sous le salary cap  (qui est encore à 58 millions de dollars à l’époque en 2008) mais garde encore l’énorme contrat d’Eddy CurryCoté draft, Danilo Gallinari est choisi en 2008, Jordan Hill en 2009 (Walsh rate Derozan, Jrue Holiday, Jeff Teague), Landry Fields en 39 choix en 2010 et Iman Shumpert en 2011. Donnie Walsh recrute Mike d’Antoni comme coach, réussi à conserver David Lee avec un contrat d’un an avant la free agency 2010 et fait venir de Russie Timofey Mozgov.

LA FREE AGENCY 2010

Donnie Walsh rempli ses missions une par une, la page de l’époque Isiah Thomas se tourne et les Knicks sont en meilleurs positions pour l’avenir et l’année 2010, c’est un sans faute pour Walsh.

Enfin arrive l’été 2010, toute la NBA est suspendue à “The Decision”, aucune équipe ne signe avant de connaître l’avenir du King. Lebron James rencontrera les Knicks, parmi d’autres équipes, pour une présentation impressionnante. Le challenge est de taille pour Lebron James et au vu du marché, un potentiel financier monstrueux pour lui, avec un intéressement sur la vente de produit dérivé. (sur un marché de 1,5 milliards de dollars…) En coulisse, un accord de principe a été trouvé avec Amare Stoudamire pour un contrat de 100 millions sur 5 ans.

L’agent de Lebron James demande alors un 2nd rendez-vous pour faire le point sur la stratégie des Knicks par rapport au salary cap. Seul l’agent de Lebron James et Glen Grunwald (GM à l’époque) sont présents à cette réunion, qui a pour but de préciser les projections financières. Preuve qu’à l’époque les Knicks furent pris très au sérieux par Lebron James, néanmoins nous connaissons la suite, il exportera ses talents du côté de South Beach. Amare Stoudemire signe pour 5 ans aux Knicks, joue comme un MVP sa première saison dans une équipe au jeu dynamique menée par Ray Felton, Wilson Chandler, Gallinari et le chouchou du garden.. Ronny TuriafDans ce contexte l’espoir renaît à New York, Mike d’Antoni met en place son jeu uptempo et même si Lebron James n’est pas là, un air de renouveau souffle à New York grâce à Donnie Walsh.

QUI VOULAIT VRAIMENT CARMELO ANTHONY À NEW YORK EN 2011?

Nous ne saurons peut-être jamais qui a été l’instigateur, le support de la venue de Carmelo Anthony à New York. Tant la différence entre les enjeux financiers d’une telle venue profitait à James Dolan, mais l’explosion de cette équipe plombent le projet sportif construits d’une main de maître par Donnie Walsh et son coach en 3 ans. Donnie Walsh déclare avoir été à l’origine de ce trade et d’insister pour le réaliser, évoquant les doutes de James Dolan et Mike d’Antoni à ce sujet. Pour beaucoup d’insider, c’est James Dolan qui souhaitait absolument le faire venir malgré les réticences de Donnie Walsh et Mike d’Antoni., permettant une valorisation folle de la franchise. Le prix moyen du ticket au Garden augmenta de 50% l’année suivante

Carmelo Anthony débarque donc à New York en février 2011 dans un énorme blockbuster deal, permettant de se débarrasser au passage du contrat de Eddy Curry, mais en perdant Danilo Gallinari, Raymond Felton, Wilson Chandler pour former une “super team” avec Amare Stoudemire. Georges Karl se dira vainqueur de ce trade et Donnie Walsh démissionnera en avril 2011, officiellement pour des problèmes de santé, tout en restant consultant.

L’état de santé de Donnie était en effet préoccupant, mais étant donné qu’il a repris du service ensuite aux Pacers, l’ombre d’un désaccord avec James Dolan sur le dossier Carmelo Anthony plane sur cette situation. Glen Grunwald le remplace alors en tant que président, Steve Mills prend le poste de GM. Le contrat de Donnie Walsh arriver a sa fin, dans les négociations, James Dolan ne semblait pas enclin a l’époque a laisser l’intégralité des opérations basket à Donnie Walsh.

RETOUR AUX PACERS

A peine 1 an après son départ des Knicks, Donnie Walsh reprend son poste de président aux Pacers suite au départ de Larry Bird et atteint les finales de conférences face au Heat. Il rend le poste de président à Larry Bird en 2013 puis se retire, restant à un poste de consultant que l’on aperçoit parfois près de Larry Bird.

Il fut l’un des dirigeants les plus talentueux et respecté de la NBA et a su faire ses preuves dans deux équipes avec des résultats solides et constants. Donnie Walsh a montrer, comme d’autres, qu’il n’y a pas de hasard à la réussite. Dans le cadre de ses fonctions de président, il a su remettre en selle un club à la dérive à tous les niveaux, il fut l’architecte de cette équipe ayant atteint les playoffs par la suite. Seule l’influence de James Dolan l’a, peut-être, empêché de re-donner la victoire et une identité aux Knicks sur du long terme. Les raisons de son départ resteront un secret pour les fans des Knicks.